Je vous en conjure: ne commencez pas au début!

Lorsque je suis curieux à propos d’une nouvelle série ou franchise, que ce soit des séries télé, une série de films ou une série de jeux vidéos, il faut que je commence du début. Par exemple, lorsque j’ai voulu écouter Star Trek, il fallait que j’écoute tout Star Trek, du début. J’ai donc commencé par la série originale (1966), puis la série animée (1973), puis The Next Generation (1987), etc., dans l’ordre.

Cette approche est chronophage, et demande parfois de la persévérance, mais elle offre une perspective toute particulière au matériel consommé. On voit l’univers se bâtir devant nos yeux, on explore les mêmes idées et les mêmes thèmes à travers différentes lentilles et différentes époques, et on comprend mieux les références, les non-dits, les connexions et les inside jokes qui rendent cet univers complexe et vivant, presque organique. On voit aussi le média lui-même évoluer (le format, le rythme, l’esthétisme, l’écriture, etc.) à travers le temps, ce qui est fascinant en soi.

Donc lorsque j’ai voulu lire de la bande dessinée, j’ai fait la même chose! J’ai commencé par la première apparition de Superman, dans Action Comics #1 en 1938, puis j’ai lu, dans l’ordre chronologique, les apparitions des principaux personnages de l’univers DC, comme Batman, Flash, Green Lantern, Aquaman et Wonder Woman.

Ne faites pas ça. C’est une très mauvaise idée.

Je me suis rendu jusqu’en 1942 avant de jeter l’éponge. Et même si c’est intéressant de voir comment on faisait de la bédé dans les années 40, disons que ces histoires étaient loin d’être excitantes. Pour être franc, les lire était surtout une corvée.

C’est seulement après avoir écouté la vidéo How to Get Into Comic Books de Patrick (H) Willems, et lorsque j’ai lu le Green Lantern (vol. 4, 2005) de Geoff Johns, que j’ai commencé à aimer la bande dessinée.

Et ça peut être difficile de faire ce deuil-là. Le volume commence avec une toile de fond assez complexe. Hal Jordan (alias Green Lantern) vient d’être ressuscité, sa ville (Coast City) est en train d’être reconstruite après avoir été rasée, et Jordan est un paria parmi le Green Lantern Corps parce qu’il était possédé par Parallax.

Autrement dit… hein?

Obsédé comme je suis, j’ai donc fait de la recherche pour me familiariser avec ces évènements, et peut-être, ainsi, commencer plus tôt. Mais je me suis vite rendu compte qu’il me faudrait lire une dizaine d’autres séries, toutes aussi longues, et qui remontaient jusqu’à Crisis on Infinite Earths (1985).

Donc j’ai décidé de juste lire Green Lantern (v.4, 2005). Et c’était excellent. Et, finalement, les évènements passés du personnage et de son univers étaient nullement essentiels pour comprendre l’histoire. (Ce qui l’est, on vous le raconte.) Et rien ne m’empêche de lire ce passé plus tard.

Bref, ne faites pas comme moi. Il y a trop de numéros pour tout lire. Et la plupart ne valent pas la peine d’être lus de toute façon.

Pour vous donner un ordre de grandeur, Superman apparaît dans plus de 15 500 numéros. Spider-Man, dans 15 000 numéros. En 2019, j’ai lu 1 164 numéros. Et je n’avais ni un emploi à temps plein, ni des enfants.

Je vous en conjure: n’essayez pas de tout lire. Et ne commencez pas au début.

Publié par Simon Cordeau

simoncordeau.net

Un avis sur “Je vous en conjure: ne commencez pas au début!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueueurs aiment cette page :